C'est une vie de luxe mais il faut bien que quelqu'un la vive et pourquoi ce ne serait pas vous ?!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 To be or not to be ? Not! [PV with Mary]

Aller en bas 
AuteurMessage
Heather
Invité



MessageSujet: To be or not to be ? Not! [PV with Mary]   Mer 30 Mai - 15:03

Heather avait passé une nuit paisible à Brooklyn chez une de ses vieilles amies d’école. Le mot paisible s’accouplant avec Brooklyn voulait évidemment dire : un certain nombre d’alarme d’ambulance cumulé à un bruit fait par les jeunes s’arrêtant à environ trois heures du matin pour finalement être réveillée toutes les deux seconds à cause d’une sonnerie défectueuse.
Bref le matin même à sept heures, elle avait une figure qui aurait sans doute fait peur à Frankenstein! C’est pour cela qu’elle avait quitté le plus vite possible la maison de son amie pour retourner dans le luxe de Manhattan. Les nuit passées chez son amie à Brooklyn avaient été toutes les mêmes : les filles commençaient par se faire un bon restaurant mexicain près de Times Square, elle se faisait ensuite un cinéma qui commençait généralement vers vingt-deux heures, si a minuit elles étaient encore d’attaque elle allait en boite ou sinon se faisait une petite soirée à Brooklyn devant une TV énorme jusqu’à trois heures du matin.

Une fois retournée dans son B&B de Manhattan, elle avait prit une bonne douche froide pour se réveiller, n’avait pas manger parce que manger à sept heure et demi n’était pas dans ses habitudes et avait choisit une tenue décontracte pour aller se faire maquiller gratuitement à Macy’s.

Arrivée à Macy’s devant le stand de chez Clinique un maquilleur s’était empressé d’aller la voir se doutant que derrière ses grosses lunettes Dior une tête endormie se cachait.

« Au mon Dieu mon petit chou mais qu’est ce qu’il vous arrive ? »
Apparemment vu la réaction de l’homme, elle devait vraiment être horrible...Pendant la séance maquillage, elle lui avait raconté sa soirée qui sait il s’en foutait mais ça se voyait que ça l’amusait lorsqu’il lui répondait « ah non, non, non il ne faut jamais faire ça ma petite! » Une fois maquillée, elle en avait profitée pour acheter un correcteur et faire les étages du plus grand magasin au monde.

Trois heures plus tard, le ventre de la petite tigresse avait fait des siennes lui indiquant qu’il était temps de manger. Comme à son habitude elle s’était dirigée vers Central Park West , marchant assez vite pour avoir de la place à Subway (le resto ^.^ pas le métro).
Malheureusement pour elle, ce ne devait pas être son jour de chance puisqu’un imbécile en se retournant trop vite lui avait littéralement foncé dedans le comble de l’histoire un hot dog à la main.

-Non mais je rêve !

*Quel imbécile ! *

Tout en ramassant le hot dog de la personne la belle avait remarqué une tache de moutarde sur son haut.

-J’espère que vous avez une bonne assurance car vous venez de tacher un haut d’une valeur inestimée lui avait-elle dit en plaisantant.


Heather venait donc de faire connaissance avec un homme qui visiblement venait de lui tacher son haut et heureusement pour elle, il avait de l'humour. Malheureusement son ventre criait toujours famine et vu l’heure qu’il était, Subway devait être pratiquement déjà complet avec une file énorme. Etant prêt de Manhattan la seule solution intelligente était d’aller au Stone Park Cafe pensant qu’une petite tasse de thé lui couperait facilement l’appétit et lui donnerait un peu de force avant de retourner faire les magasins !

Une fois dans le café elle se dirigea vers la salle table libre s’installa tout en prenant soin de ne pas froisser son tailleur et déposa son sac fourre-tout sur la chaise se trouve en face d’elle de sorte que personne ne vienne la déranger.

En attendant la serveuse, elle s’alluma une cigarette, tout en attrapant le menu.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Landers
Admin | Violent Girl
avatar

Féminin Nombre de messages : 621
Age : 26
Humeur : Choose life...
Age : 20 ans
Date d'inscription : 11/04/2007

VIP
Taux VIP:
88/100  (88/100)
Pêché: Paresse, Drogues et Luxure...
Liens:

MessageSujet: Re: To be or not to be ? Not! [PV with Mary]   Ven 1 Juin - 19:08

Sac Fendi vissé sous le bras et escarpins Louis Vuitton aux pieds joliments vernis. Mary s'accomodait, lentement je vous l'accorde, au monde New Yorkais et à ses lubies. Les mannequins ultra grandes n'avaient qu'à bien se tenir. Maintenant qu'elle avait un minimum fait son shopping et acquéri un peu de style, question vêtements elle était incollable. On lui proposait un sac, elle était certaine d'avoir la robe ou le haut bustier allant avec, rien de plus simple n'est ce pas? De plus, depuis qu'elle avait fait la connaissance de quelques créateurs et des créations absolument sublimes allant avec, elle ne pouvait plus se lasser de ces vêtements qui faisaient maintenant plus que partie de son quotidien. Malgré tout, et malheureusement elle n'avait pas perdu son caractère. Toujours aussi aggressive, lunatique et impulsive. Toutes ces caractéristiques la rendaient atypique, imprévisible et peut être, contrairement à ce que l'on pouvait penser, absolument pas superficielle.

Ce matin, lève tôt pour une fois, elle avait pris un long café au bar spacieux et richement décoré de son hôtel de luxe avant de descendre dans la rue afin de se trouver de nouvelles chaussures. Non pas qu'elle en ait spécialement besoin, mais une paire d'escarpins Manolo Blahnik ou Vivienne Westwood, ça ne se ratait pas, et puis, elle avait vu son dernier relevé et honnêtement la pente remontait. Sa mère avait sans doute compris qu'elle avait extremement besoin d'argent et en grande bourgeoise, riche et genereuse qu'elle était lui avait donné un peu d'argent de poche. Ce qu'elle considérait comme argent de poche devait sans doute revenir à une multitude de salaires de quelqu'un qui s'acharnait au travail. Que la vie était dure avec ceux qui ne naissaient pas dans la fortune et l'argent, en y réflechissant cette situation de vie devait être dure à vivre à perpetuité. Car oui malgré les apparences, Mary Landers avait connu un semblant de misère. Elle était arrivée sans rien à New York et avait dû vivre sans besoins extravagents pendant quelques semaines. La drogue de bonne qualité avait été rare et les conséquences comme par exemple l'insomnie et le somnambulisme avaient tôt fait de prouver la mauvaise qualité des substances, chimiques la plupart du temps. Accro depuis bien trop longtemps, la jeune anglaise avait tout sauf les conséquences du jeu dangereux qu'elle menait en tête, la plupart du temps ses pensées se résumaient à quelque chose du genre "Où sont mes lunettes de soleil?", "Qui est cette fille qui vient de me pousser?" ou même "Charmant ce type, et s'il me proposait un verre?". Bien évidemment, de temps à autre, et d'ailleurs de plus en plus souvent des idées très philosophiques emmergeaient du fin-fond de son cerveau et la plupart des idées n'étaient même pas denuées de sens. A vrai dire, Mary était intelligente, manipulatrice et peut être même un peu trop actrice. Jouer sur les sentiments, des expressions de visage, des mots. Rien de plus simple quand on grandit dans le mensonge et la trahison...

Arpentant fièrement du haut de son mètre 55 les quelques rues où se situaient ses boutiques preferées elle finit par tomber sur une paire d'escarpins hors-de-prix dans les teintes argentées. Sans hésiter elle les prit et y ajouta un nouveau sac suivi d'une nouvelle paire de lunettes de soleil. L'été arrivait, et même quand le soleil ne brillait pas, il était bon à New York de porter des lunettes de soleil. Car bien sûr mis à part vous protéger du soleil, ces petites paires vous cachaient habilement du regard curieux des passants qui regardaient avec envie les sautoirs et bijoux portés avec grâce et agilité. Il n'était probablement pas donné à tout le monde de se prendre aussi au sérieux, Mary profitait largement de sa pseudo-popularité ou même tout simplement de sa richesse nouvellement aquise. Il était agréable de faire saliver les gens, d'attier les regards et surtout de se sentir supérieur à la moyenne médiocre des gens. S'allumant rapidement une Lucky Strike avec le briquet Dupont de Kemp -qu'elle ne lui avait d'ailleurs toujours pas rendu-, elle tira une longue bouffée avant de penser qu'elle avait extremement besoin d'un café maintenant tout de suite, pour qu'elle puisse continuer sa journée shopping et dépensage d'argent.

En plein milieu de Central Park, voila qu'elle eut la vision d'un Stone Park café bondé, des filles superficielles se maquillaient devant un soda, light bien sûr à NYC on fait attention à sa ligne; des mères observaient attentivement et avec une etincelle de fierté leur dernier nourisson qui venait de faire ses premiers pas ou qui venait de prononcer une nouvelle fois un mot incompréhensible et tout au fond une bande d'adolescents buvait fièrement de la bière tout en lançant des regards désésperés aux petites pestes peroxydées de la table de devant. Bref, il n'y avait pas une seule table de vide, enfin peut être une, mais il était évident que la jeune femme qui y avait pris place ne souhaitait pas avoir de la compagnie, son sac occupant la chaise corbeille lui faisant face. Surpassé par les evenements, la jeune anglaise se contentit de se prendre un café au comptoir avant de ressortir, lunettes toujours sur le nez. Ayant l'envie furieuse de s'asseoir, la seule et unique chance qui lui restait d'accomplir cette envie, était de demander à la brunette si elle ne pouvait pas malgré le clair refus que représentait son sac, s'installer à la table quasi vide.


"Excuse moi, tu attends quelqu'un?"

Tout était une question de politesse, peut pêtre que si Mary fisait un semblant de sourire, la mine absolument défaite de la miss pourrait même partir. Enfin devant le but peu motivant de cette idée, elle abandonna rapidement l'idée d'être souriante et adorable. Et honnêtement, si elle aurait été dans une mauvaise période elle se serait tout simplement assise puis aurait calmement bu son café sans faire attention à celle ou celui qui lui aurait fait face. Positive, toujours. Polie, dans ses meilleurs moments. Egoïste, toujours. Tele était la vie cruelle et bien remplie de miss Landers, elle ne s'en plaignait d'ailleurs pas, la petite anglaise était ravie de sa situation actuelle, en effet elle lui permettait d'assouvir tous ses projets ambitieux et puis, faire du shopping à tout moment ce n'était pas donné à tout le monde, n'est ce pas?

_________________

(c)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-york.fr-bb.com/In-second-place-c11/Presentations-f85/
 
To be or not to be ? Not! [PV with Mary]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’énigme des narcodollars
» Hail Mary Pass !
» je vous propose une nouvelle énigme.
» Yseult et le reste du monde [72%]
» Marie Morgane (Mary Morgan) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Fame :: In first place :: Dustbin-
Sauter vers: