C'est une vie de luxe mais il faut bien que quelqu'un la vive et pourquoi ce ne serait pas vous ?!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A Cofee | Libre |

Aller en bas 
AuteurMessage
Theo Hum
Invité



MessageSujet: A Cofee | Libre |   Mer 30 Mai - 16:00

En cette fin d’après-midi d’un mois de mai au températures plutôt estivales, Théo Humphrey poussa un soupire court mais profondément agacé. Les gens qui l’entouraient étaient-ils tous incompétents ou le faisaient-ils exprès pour énerver le jeune homme -dans quel cas ces gens là étaient complètement inconscients car personne de censé énerverait Théo Humphrey délibérément- ? Voici la question que se posait Théo en sortant de l’hôtel particulier que sa famille possédait depuis de nombreuses années sur la V° avenue mais que le jeune homme était seul à occuper car ses parents étaient toujours absents au plus grand bonheur de Théo. Bien évidemment le jeune homme possédait un gigantesque et luxueux loft mais puisque l’hôtel particulier était vide, qu’il y avait du personnel à demeure que Théo pouvait sonner jour et nuit, qu’il était proche de tout et qu’il offrait une superbe vue sur Central Park Théo préférait y habitait plutôt que de séjourner dans son loft. Pour comprendre pourquoi le jeune homme était si exaspéré il faut savoir comment sa journée s’était déroulée. Comme toutes les autres journée de la divine existence du jeune homme pourrait-on dire. En effet, comme tous les jours Théo avait daigner ouvrir les yeux et si le jeune homme aurait jeté un coup d’œil à son réveil celui-ci aurait put lire 15 : 26 mais Théo se fichait comme de sa première chemise Ralph Lauren de savoir à quel heure il devait se lever.
Contrairement à la grande majorité de la population américaine Théo n’avait nullement besoin de savoir quel heure il était lorsqu’il se réveillait car 1) il ne devait pas genre se rendre à un bureau à une heure bien précise, 2) il ne devait pas s’occuper de ses enfants ou d’un truc chiant dans le genre et 3) il faisait tout ce qu’il voulait, quand il le voulait, où il le voulait. Peut être que ce lever à 15h30 de l’après-midi peut sembler aberrant à certaines personnes mais il est alors clair que ces personnes là ne font pas parties de la jeunesse dorée dont Théo est l’un des plus éclatant symbole. Le jeune homme lui trouvait cela parfaitement normale car après tout il s’était couché vers les 7 heures du matin, oui oui à l’heure où certains partent au travail, ayant passé comme chaque soir la soirée dans un des clubs les plus sélects de la ville, un verre de Dom à la main, une clope entre les doigts, un sachet de coke dans la poche et deux filles dont il se fichait complètement, encore plus que sa première chemise Ralph Lauren c’est dire ^.^, sur les genoux.
La vie du jeune homme était un tourbillon qui pouvait être au première abord enchanteur mais qui pouvait rapidement se transformer en un tourbillon diabolique. Combien de personnes avaient été détruites par toute cette débauche et cette folie ? Combien de personnes étaient maintenant dépendants de toutes les substances qu’ils ingurgitaient chaque jours ? Combien n’était plus que l’ombre de même à cause de leur(s) addiction(s) ? De très nombreuses personnes cela est évident. Peu de personnes arrivent à rester indemne dans toute cette luxure mais Théo faisait parti de ce petit nombre de personne. Le jeune homme, bien qu’il se drogue à longueur de temps, qu’il boive des litres d’alcool chaque nuits et qu’il fume à en faire crever ses poumons, n’était jamais défoncé ou soûl contrairement à tous ses autres abrutis qui se pavanaient comme des paons et qui se prenaient pour les maîtres du monde. Théo restait toujours maître de lui et ne faisait donc pas partie de cette catégorie pathétique de gens qui ne savaient pas résister à quelques grammes de coke. Il était évident que cela le rendait très impressionnant aux yeux de genre tout le monde car il conservait sa classe légendaire, sa répartie spectaculaire et son regard méprisant à chaque instants. Théo gérait donc à merveille sa vie. Une vie qui pouvait détruire de nombreuses personnes.

Bref, Théo Humphrey venait d’ouvrir ses magnifiques yeux bleus, d’un bleu évidemment magnifique qui vous donnez qu’une envie : vous plongez dedans et ne plus jamais lâcher le regard du jeune homme. Il eut un petit bâillement fort mignon et se frotta les yeux encore tout ensommeillé. Il se redressa nonchalamment puis sortit enfin de son lit, simplement vêtue d’un boxer noir Calvin Klein. Il se dirigea de sa démarche lente et nonchalante mais infiniment classe vers la luxueuse salle de bain attenante à sa chambre et y passa une bonne demi heure, à se laver, se raser et prendre soin de lui. Il s’habilla rapidement d’un jean Paper Denim qui lui allait évidemment à la perfection et d’une chemise noir D&G toute simple mais qui faisait ressortir sa classe naturelle. Puis quittant sa chambre il se dirigea vers la cuisine où il était sur que l’y attendait ses deux cafés et ses muffins au chocolat. Mais il eut la surprise de constater que la cuisine était vide et qu’il n’y flottait pas une délicieuse odeur de chocolat comme chaque matin. Mais que ce passait-il donc ? Théo fronça les sourcils et vit enfin un mot sur le bar qu’il attrapa et se mit à lire l’instant suivant. Quand il eut finit de lire ce qu’il y avait écrit, il poussa son premier soupir exaspéré. Sa stupide cuisinière s’était brûlée et l’assistante cuisinière l’avait accompagnée à l’hôpital. Comme si elle ne pouvait pas y aller toute seule. Théo leva les yeux au ciel, appela le portier pour lui demandant d’héler un taxi et remonta dans sa chambre prendre son portable et son portefeuille. Théo était donc obligé d’aller déjeuner en ville, ce qui l’exaspérait déjà profondément. Mais lorsqu’il arriva devant la porte de chez lui et qu’il entendit le portier lui dire qu’il n’avait pas réussit à retenir un taxi Théo en fut encore plus exaspéré et poussa de nouveau un soupir agacé. Et ce fut a ce moment là que Théo pensa que tous les gens qui l’entouraient, n’étaient que des incapables.
Promenant son regard autour de lui, il aperçut alors Central Park –logique puisque son hôtel particulier se situe juste en face ^.^- et décida d’aller prendre un café au Stone Park Cafe. N’adressant même pas un regard au malheureux portier, qui allait sans doute pâtir de son incompétence lorsque Théo trouverait une idée bien démoniaque, le magnifique jeune homme se dirigea vers le Cafe.
Revenir en haut Aller en bas
 
A Cofee | Libre |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York Fame :: In first place :: Dustbin-
Sauter vers: